Activités culturelles Amérique

Saa Kameni : « l’alphabet moderne est une imitation de l’alphabet Hébraïque antique donc camerounais »

Chercheur, poète, linguiste, activiste de Dieu, il est un camerounais qui après avoir résidé aux Etats-Unis a découvert et décidé de réapproprié les codes alphabétiques des peuples camerounais. Il est par ailleurs celui qui ambitionne de créer un ordinateur avec des caractères de langues camerounaises.

Vous êtes un chercheur et un linguiste qui signe ses articles sous différents noms/pseudonymes. Pourquoi cette particularité ?

Ma particularité c'est signer sous différents noms. Mes différents noms expriment mes différentes identités. Regardez, l'apôtre Paul notre ancêtre de son vrai nom mal épelé Saul, correctement prononcé en notre langue Shau, (celui qui tomba, aveuglé par la lumière) il avait différents noms et donc différentes identités. Il était né à Tarse à Rome. Il était Romain à cause de son lieu de Naissance, cependant il était Juif, mot correctement prononcé Juè, il était donc une étoile dans sa lignée de naissance, car tout le peuple Israélites s'appellent les enfants étoiles. Donc il était une étoile par cette considération ethnique, il était un Hébreu de la tribu de Benjamin (Romain 11 : 1 à 4). C'est la même chose avec nous autres qui sommes conscients d'être de cette même tribu, nous qui sommes nés au Cameroun une grande nation, cependant nous sommes conscients d'être des Hébreux, des Juè, et ce qui indique cette identité c'est nos noms et notre langue Hébraïque antique que nous parlons jusqu'à nos jours. Il n'y a peut-être pas mieux que les noms et la langue d'un natif pour indiquer son identité. Par exemple le nom Kameni, on ne l'obtient pas par association ou par plaisanterie, mais il faut une histoire Hébraïque pour l'avoir. Par le bais de ce nom, on peut aussi retracer son universalité, et surtout l'universalité des peuples Hébreux qui se sont au fil du temps éparpillés dans le monde entier souffrant et gémissant. Par exemple, ce nom est le nom d'une ville en Grèce une ville qui fut fondée par les Hébreux qui y vécurent il y a très longtemps. Ce nom on le retrouve aussi en Iran. En Iran c'est essentiellement le nom des guides religieux. Khameny, Khomeny. Donc en Iran une fois de plus, ce ne sont pas des noms des musulmans comme Ousmane, Abdoulaye, vous voyez bien que les noms Musulmans n'ont pas de sonorité Khameny, Khomeny; donc c'est des noms Hébreux, c'est un héritage Hébreu pour l'Iran. Ce n'est pas moi qui dis cela, les Iraniens que vous interrogerez vous diront aussi cela.

De par le travail et les recherches que vous commettez, comment pouvez-vous vous définir ?

Je suis un servant; presqu'un esclave. Un servant des peuples et des rois et des princes, ceux perdus mais à présent retrouvés. En tant que servant, un peu comme esclave, mon salaire ne vient pas des hommes, mais de Dieu Yah. Je suis aussi comme un enfant au milieu des dangers, mais je ne suis pas effrayé, car ma foi en Celui qui est mon guide est grande et sûre. J'apprends, je grandis de jour en jour dans les bras de Dieu Yah et de son fils Yehsuah, Mèssièh, Jésus.

 

Qu'est-ce qui vous a amené à vous intéresser aux langues anciennes et précisément celles des ancêtres égyptiens ?

 

Ce n'était pas ma propre volonté au début, ni mon propre choix, un esprit divin plus fort que moi, a lutté avec moi, m'a vaincu, et j'ai du donc porter son sac en signe de ma propre soumission à lui, et en signe de ma propre bénédiction, et aussi en signe de notre propre bénédiction, bénédiction pour nous les peuples antiques. C'est aussi l'Age. Il y a la nécessité de dire la vérité aux gens, après que l'on ait passé des siècles à leur mentir. Remarquez que, dans l'évolution du temps, il y a des âges néfastes. Durant ces âges, il y a beaucoup de catastrophes dans le monde ; par exemple l'an 1914, et l'an mille 1939, première et deuxième guerre mondiale, ainsi que les derniers jours. Par exemple le 18e siècle était un siècle de lumière, à cause de la connaissance et des inventions extraordinaires positives qui se sont imposées à tous. Il convient de se demander aujourd'hui à quel âge nous sommes ? Enseignement : on dit que nous sommes en l'an 2013, mais en réalité nous sommes plutôt en l'an 6465, et pas en l'an 2013, et voila une vérité ignorée par beaucoup, et cette vérité s'imposera à tous aujourd'hui ; donc nous sommes au sixième millénaire allant de plein pied au septième millénaire ; nous savons tous que Dieu se repose au septième jour, c'est-à-dire au septième millénaire, et donc il n'y a rien à faire par Dieu au septième jour, au septième millénaire, donc les choses selon le dessein de Dieu ne peuvent bouger et se remettre en place correctement dans le monde, qu'au sixième millénaire, donc avant le septième millénaire, le repos.

 

Ce n'était pas ma propre volonté au début, ni mon propre choix, un esprit divin plus fort que moi, a lutté avec moi, m'a vaincu, et j'ai du donc porter son sac en signe de ma propre soumission à lui, et en signe de ma propre bénédiction, et aussi en signe de notre propre bénédiction, bénédiction pour nous les peuples antiques. C'est aussi l'Age.
Il y a la nécessité de dire la vérité aux gens, après que l'on a passé des siècles à leur mentir. Remarquez que, dans l'évolution du temps, il y a des âges néfastes. Durant ces âges il ya beaucoup de catastrophes dans le monde ; par exemple l'an 1914, et l'an mille 1939, première et deuxième guerre mondiale, ainsi que les derniers jours.
Par exemple le 18e siècle était un siècle, un âge, de lumière, à cause de la connaissance et des inventions extraordinaires positives qui se sont imposées à tous. Il convient de se demander aujourd'hui à quel âge sommes-nous ? Enseignement : on dit que nous sommes en l'an 2013, mais en réalité nous sommes plutôt en l'an 6465, et pas en l'an 2013, et voila une vérité ignorée par beaucoup, et cette vérité s'imposera à tous aujourd'hui ; donc nous sommes au sixième millénaire allant de plein pied au septième millénaire ; nous savons tous que Dieu se repose au septième jour, c'est-à-dire au septième millénaire, et donc il n'y a rien à faire par Dieu au septième jour, au septième millénaire. Donc les choses selon le dessein de Dieu ne peuvent bouger et se remettre en place correctement dans le monde qu'au sixième millénaire, donc avant le septième millénaire, le repos. Pour moi, c'était Dieu Lui-même qui leur poussait à me donner des informations pour que je fasse mon travail de servitude. Par exemple certains de ceux ci vivant en Israël me disaient que le vrai nom de Moïse dans sa langue antique qui a disparue c'est Moshe; nom qui signifie l'enfant de l'eau, et moi je réagissais au fond de moi en me disant c'est donc notre langue au Cameroun. Aussi par des livres que j'ai lus, et par des gens que j'ai rencontrés. Ceux vivant en Egypte que j'avais rencontrés, tous sans le savoir, me firent découvrir que les noms des rois Egyptiens, les pharaons comme Tutankhamun, Khufu, Akhenaton, leurs noms sont tous en notre langue au Cameroun. Malgré ces connaissances, ou ces informations que je reçus il y a longtemps, je ne pensais pas que c'était de mon devoir de les révéler. Je me voyais très occupé, je savais que c'était trop de travail et que j'étais trop occupé à vouloir réaliser mes propres rêves Américains à moi ; alors je suggérai à certains élites Bamiléké de designer quelqu'un pour étudier profondément ces informations, de les vérifier d'abord, et de les porter au publique ; mais tout, et tous revenaient toujours à moi à la fin; personne ne voulais souffrir. Ayant constaté cela, c'est alors que je décidai finalement de consacrer toute ma vie à ce travail qui est mien et que je fuyais à tort.

 

Au fil de vos travaux, vous avez découvert que les occidentaux se sont octroyé les codes linguistiques africains. Qu'est-ce qui conforte cette idée ?

 

Le code linguistique moderne c'est à dire l'alphabet moderne, (le A, le B, le C...) est une inspiration, une copie, une imitation de l'alphabet Hébraïque antique. Je souligne le mot antique. Les Phéniciens, les Sumériens, les Grecques, les Romains, tous se sont inspirés, tous ont imités l'alphabet Hébraïque antique de nos pères, et ont créé l'alphabet moderne que nous utilisons aujourd'hui. Pour vérifier cela, demandez à n'importe quel linguiste autour de vous ; allez dans les universités ; interrogez aussi Dr. Benner, auteur de « Hebrew Heritage » dont les travaux de recherches se trouvent en ligne. C'est l'archéologue Flinder Petry qui en 1905 découvrit les caractères de l'alphabet de nos ancêtres gravé sur des pierres ; lui ainsi que d'autres chercheurs comme Gardner en 1960 ont essayé de déchiffrer les noms de ces alphabets. Il faut préciser que chaque alphabet a un nom, et chaque nom a une signification en leur langue Hébraïque antique. Il faut que j'attende 2009, peut être 2010 pour que mon frère Irwin Dulan, ayant lui aussi découvert ces alphabets en lisant Dr. Benner de « Hebrew Heritage », me les envoie. Les ayant reçus, je ne voulais pas y jeter un coup d'œil, Irwin insista pour que je jette un coup d'œil attentif. Lorsque finalement je me résolus à le faire, à ma grande surprise, je découvrais que chaque nom de ces alphabets sacrés, ces alphabets Hébraïques antiques étaient des noms en notre langue au Cameroun. Pour prouver cela très rapidement, il y a un chercheur, un serviteur ministériel de Dieu, du nom de Yara qui a déterminé que le nom de l'alphabet numéro 12, mal épelé lamed, signifie « la langue » dans la langue Hébraïque antique. Voila qu'en notre langue au Cameroun, cet alphabet correctement prononcé « lame », signifie effectivement «la langue ». Un autre exemple, le nom de l'alphabet Ayih, souvent mal écrit Ayin signifie en notre langue Hébraïque antique, « il voit » ; et son dessein, c'est le dessin d'un œil qui voit. Encore un autre exemple, le nom Hébreu de l'alphabet « Qob » ou « Qab » signifie en notre langue Hébraïque antique, « volaille, poule » et le dessin de cet alphabet c'est la tête d'une « poule ou d'un oiseau ». Allez regarder ces dessins. Donc les noms de tous ces alphabets Hébraïques ainsi que leurs dessins sont en notre langue au Cameroun voilà pour ne citer que ceux-ci autant de choses qui me firent savoir que notre langue au Cameroun est la langue Hébraïque antique.

 

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans cette quête difficile du rétablissement de la vérité ? Quels buts recherchez-vous au travers de votre démarche ?

 

Quête difficile du rétablissement de la vérité, vous parlez certainement du combat et des persécutions, qui s'érigent contre moi et contre la vérité, vous parlez du rejet, et des blocages dont je suis victime, de la mort et de l'ombre de la mort qui me suivent et marchent partout avec moi. Outre Dieu Yah, voici ma motivation : pourquoi vit-on ? Pourquoi suis-je venu sur terre ? Est-ce pour admirer le mensonge sans rien dire ? Quelles sont les choses de la vie qui me plaisent et pour lesquelles je pourrais un jour sacrifier ma vie ? Quelles sont les choses dans la vie qui valent la peine ? Pour moi, je suis passionné essentiellement par l'éclat que rayonne la beauté de la vérité, je suis passionné par la justesse des informations. Si, ce en quoi vous croyez, est vrai, pourriez vous volontier mourir pour cela ? Apres votre passage sur terre, que laisserez-vous à la postérité d'utile ? Comment se rappellera ton de vous ? Sont-ce les mensonges que vous laisserez ? En ce qui me concerne, ces questions me préoccupent beaucoup. Je marche simplement sur le chemin qui avait déjà été tracé pour moi avant ma naissance. Je veille de ne pas m'en écarter et de faire le travail pour laisser à la postérité quelque chose d'éternel que Dieu agrée. Dans la réalité de ma vie, il y a deux chemins devant moi : le maître enseignant notre seigneur Yehsuah, celui que le monde appelle Jésus, dit que celui qui veut perdre son âme à cause de lui la gagnera mais que celui qui veut sauver son âme la perdra. Voila les chemins, quête difficile, qui me guident. Il y a la mort et la vie devant moi. J'ai choisi la mort. Mais Dieu a eu pitié de moi, au lieu de me laisser mourir, Il a solidifié cette parole éternelle qui dit : « si tu fuis la mort et veut vivre, tu mourras. » Donc si je décide de ne plus écrire ce qui est choquant, ce qui énerve mais est vrai, si je décide plutôt d'attirer sur moi l'amour des gens dans la société, alors je mourrai à coup sûr. Mais si je fais ce qui m'est indiqué, et que j'écrive ce qui est vrai, et qui choque et pousse les gens à vouloir me tuer, c'est vrai alors que je resterai en vie. Il me sauve de la mort, et détruit tous ceux qui veulent absolument m'envoyer dans le Sheol. Lorsque je vois la où on peut me tuer à cause de ces infos, c'est là que j'envoie les infos et me présente. Le but recherché c'est la préparation de la venue du royaume de Dieu, l'accomplissement de la volonté de Dieu sur terre comme au ciel ; et dans l'accomplissement de cette volonté de Dieu sur terre, les noirs comme blancs sont des fils de Dieu ; la vérité doit être dite sur chacun des groupes des fils de Dieu.

 

Pensez-vous qu'un jour les africains en général et les camerounais en particulier pourront réintégrer leur code alphabétique héréditaire?

 

La question n'est pas en termes de « s'ils le peuvent », car ils le peuvent ; la question est plutôt en termes de « s'ils le veulent », car ils peuvent ne pas le vouloir bien qu'ils le peuvent. Je suis conforté car je sais que la réponse à cette question ne dépend ni du pourvoir ni du vouloir des Camerounais et des Africains qui bien des fois ont déçu selon les attentes. La réponse à cette question est dans le temps et dans le vent du temps qui souffle. C'est l'âge où l'on vit. J'annonce une fois de plus que l'âge ou l'on vit, c'est l'âge où la vérité venant de Dieu lui-même est imposée comme nécessité aux hommes. En Conclusion, ceux de race noire réintègreront les codes linguistiques des Hébreux qui sont noirs comme eux, pour le bien de toute l'Afrique. Ces codes linguistiques sont des clés, et les informations cachées dans ces clés ouvrent dans les nuages élevés, ouvrent les portes fermées aux opprimés, ouvrent les portes jadis fermées à la maisonnée des enfants de Yisaayih.

 

L'on remarque que vous accordez la plus haute strate à Dieu dans vos recherches. Pour quelles raisons ?

 

Dieu est le premier scientifique de tout l'univers, le premier Médecin, le premier Mathématicien, c'est lui qui me donne le souffle, je suis mortel et faible et je me trompe souvent, je ne peux pas me faire confiance tout le temps, j'ai besoin de son soutien constant pour faire un bon travail de recherche éternel. J'ai besoin de son soutien pour dire la vérité. Dans le récit de la création Dieu Yah créa les anges, qui sont des créatures supérieures aux hommes, et ensuite Dieu Yah avec son fils Yehsuah (Jésus) créa les hommes. Alors Dieu intima aux anges créatures supérieures de respecter les humains. Dieu leur dit bien qu'eux les anges sont plus forts que les humains, ces humains pourraient leur dire non, et eux les anges ne pourront rien faire lorsque les humains leur disent non. Certains anges se fâchèrent et demandèrent à Dieu Yah, pourquoi il donnait tant de pourvoir aux hommes inférieurs à eux ; et Dieu leur répondit disant c'est parce que je sais une chose dont vous êtes ignorant. Maintenant Dieu demanda aux humains de ne pas être ignorant, d'étudier et de respecter les lois qu'il a prescrites pour leur bien, de ne pas mentir par exemple, d'avoir l'amour du prochain ; ces humains qui ne voulaient pas faire des efforts d'apprendre et respecter les lois divines, dirent à Dieu : « pourquoi nous imposes-tu ces choses difficiles à faire, dire la vérité, étudier... ? » et Dieu leur répondit disant : « c'est parce que je sais une chose dont vous êtes ignorant ; regardez aujourd'hui où se trouve le monde dans l'ignorance et le malaise, il en ressort que chaque humain, chaque Camerounais, chaque Africain, ne doit pas être ignorant, doit étudier, augmenter la connaissance et faire des efforts pour dire la vérité. » Pour lutter contre l'ignorance il faut donc le soutien de Dieu Yah et son fils Jésus, Yehsuah.

 

Résidant aux Etats-Unis aujourd'hui, vous collaborez certainement avec des américains et occidentaux. Comment réagissent-ils face à vous, un camerounais ?

Je suis heureux de dire que je suis bien intégré au sein de la communauté Afro Américaine, et blanche Américaine, et au sein de toutes les couches sociales, riches, pauvres, petites, grandes, artistes et non artistes. Mais j'ai aussi des ennemis. Aux Etats-Unis j'ai pratiquement vécu en donnant des conférences publiques et privées, dans les lycées, collèges et universités, et même dans les écoles élémentaires, où je présentais constamment le sujet de ma scolarité, les Hébreux et les Egyptiens antiques sont au Cameroun et en Afrique ; même aux plus petits enfants, aux Républicains, au Démocrates, Sénateurs, et Membres du Congrès Américain, tous savent cela par le biais des informations que je leur ai données, soit de ma propre bouche leur parlant, soit par courriers que nous échangeons souvent, qu'au Cameroun se sont relocalisés les Hébreux et les Egyptiens antiques. Mais beaucoup m'ont dit qu'ils le savaient déjà avant moi. Alors que beaucoup étaient contents, d'autres avaient un malaise... Aux Etats-Unis je suis beaucoup aimé et applaudi... Qu'est-ce qu'on ne m'a pas donné ? Femmes à épouser; argent ; opportunités ; confiance ; amours et amitié ; et le privilège m'avait été donné de servir comme Precint Captain durant la campagne de l'actuel président. J'ai aussi servi durant les quatre premières années de son mandat. Mon travail entre beaucoup de choses à faire était aussi de leur donner des informations chaque jour sur les Hébreux et les Egyptiens au Cameroun, et en Afrique. Alors que je parle, on m'a même salué souvent là-bas touchant le sol avec deux mains, comme on salue les rois chez nous. Je sais que j'ai dû décevoir beaucoup qui m'aiment; car cheminant sur mon chemin, je n'ai pas fait beaucoup attention à l'amour que l'on me donnait, il fallait que je garde mon intégrité, que je reste fidèle au message, et souvent je n'ai pas fait ce que l'on voulait que je fasse, et souvent je n'ai pas fait ce qui était facile à faire et qui était à mon bénéfice sur le plan charnel. Mais on ne peut pas garder son intégrité lorsque l'on accepte certaines offres ou lorsque l'on est dans certains milieux. Du fond du Cœur je remercie tout ceux qui m'aiment et ont été bons envers moi, il faut qu'ils sachent que je les aime toujours d'un amour éternel, mais je suis mon chemin à moi et je prie pour eux que Dieu Lui-même celui qui nous guide et me guide, qu'il ait pitié de nous tous, et nous protègent tous.

Vous chantez également comme vos ancêtres griots. Pourquoi ce style musical et quel message véhicule votre chanson ?

Le message ne change pas, l'histoire des migrations des peuples Hébraïques antiques et Egyptiennes antiques au Cameroun et en Afrique ; donc l'histoire du Cameroun qui est aussi rattachée au monde entier. Voila le message dans mes chansons. Le Style du griot, c'est un style qui n'est pas comme le style de la musique moderne. Dans la musique moderne, on chante pour 5 ou 7 minutes. Le style du griot qui est le mien, c'est la répétition des même phrases, les répétitions des même mots, on chante longtemps jusqu'à ce que les mots répétés entrent dans vous. On chante une chanson même pour 30 minutes. On va crescendo ajoutant de nouvelles idées de temps en temps.

 

Dans la vie courante que faites-vous ?

 

Je n'ai pas un autre travail sur terre que celui de chanter, écrire, enseigner et répandre la connaissance au sujet des tribus Hébraïques relocalisées au Cameroun. En dehors de ce travail, j'aime aller aux champs ; aider à cultiver la terre ; couper les herbes ; retourner la terre. Je cire aussi les chaussures ; lave les voitures ; repasse les habits ; ces travaux et d'autres me permettent de rester humble, avoir un peu d'argent ; ces travaux sont un moyen de ne pas me compromettre, de garder mon intégrité pour une vie d'éthique requis pour mon travail... Car ce qui se passe c'est que l'on me coupe les vivres et on me dit, pour t'intégrer dans la société, pour que tu aies les vivres, il faut que tu arrêtes de donner les informations ; il faut que tu changes, pour moi cela ne se peut pas. Ces beaux petits travaux me donnent l'autonomie qu'il me faut pour ne jamais renoncer à mon travail venant de Dieu. Es-tu prêt à donner ta vie pour ce que tu sais qui est vrai ? Etes-vous prêt à mourir pour les valeurs auxquelles vous souscrivez ! Celui qui veut gagnez sa vie contre moi la perdra.

 

Etes-vous marié et avez-vous des enfants ?

 

Vous parlez des enfants de ma propre chair comme moi, et une femme que j'aime bien ? Malheureusement non. J'aurais souhaité cependant avoir des enfants et être marié à la femme que j'aime, qui me comprenne, m'aide, et me soutienne dans mon travail, et voila quelle subira elle aussi la haine et les persécutions dont je suis une victime. Et tout d'un coup le mariage ne serait peut-être plus amusant pour elle. Il me semble que je suis très différent, ne pensez vous pas? Je crois savoir sur moi-même que je suis très étrange pour ne pas dire bizarre, pour le gout des femmes que je rencontre. Ce qui est plus important pour moi en tant que scribe, je vois le fait de ne pas avoir des enfants et une femme différemment ; je souligne ici qu'il est écrit dans le livre sacré de mes pères intitulé "HUSIA", page 84, manuscrit traduit en Anglais par Maulana Karenga. Il y est écrit que les scribes antiques dont j'imite tant bien que mal le pas, leurs enfants étaient plutôt les parchemins sur lesquels ils écrivaient (les livres) et leurs femmes étaient plutôt leur plumes et les idées divines au bout de leur plumes, de telle sorte que les scribes étaient symboliquement mariés, et accouchaient symboliquement des livres considérés comme enfants, car ils étaient aussi symboliquement enceintes des idées justes, enceintes de la vérité, des enfants en formes de parchemins, les livres. Dans cette logique qui s'applique à moi, j'ai des enfants symboliques sous la forme des livres écrit et qui attendent naissance, publication et je pleure chaque jour, je crie sous les affres douloureuses d'enfantement, lisez cette prédiction dans le livre de Révélation 12 : 1 à 4. Il y est écrit qu'il y a une femme habillé de soleil, enceinte et criant dans les douleurs de l'enfantement, elle va accoucher un enfant mâle et voila il y a aussi un dragon attendant devant la femme enceinte, pour qu'elle accouche, publie cet ouvrage pour dévorer son nouveau-né: c'est moi annoncé dans cette prophétie, et le Dragon c'est à dire mes ennemis répandus sur toute la terre, attendent que je publie pour redoubler de persécutions, de critiques contre moi, pour me détruire, ils ont déjà essayé avant que rien même ne soit publié, mais attendent toujours pour me dévorer. Donc la femme dans la prophétie n'est pas une vraie femme, mais des idées de vérité liées à Dieu concernant l'identité des peuples Hébraïques antiques relocalisés au Cameroun, et l'enfant est le livre, le parchemin c'est à dire le support qui porte ces révélations.

 

Envisagez-vous de commettre des ouvrages sur votre science ou un album à la longue ?

Ma science comme vous le dites vient de Dieu lui-même. J'aime remplacer le mot « science » par le mot « scolarité ». Ma scolarité n'a de valeur scolaire que si l'homme que je suis croit en Dieu. Regardez si vous êtes un homme de science et que vous ne croyez pas en Dieu, puisque vous ne croyez pas en Dieu, pourquoi seriez-vous tenu de dire la vérité lorsque vous la trouvez. Le vrai scientifique est celui qui croit en Dieu. Les termes commettre un livre ou un single sont des termes étrangers que je ne connais pas, car je ne suis pas un musicien comme on les connait, et je ne suis pas un écrivain comme on les connait, moi, les termes que je connais et qui me sont familiers sont des termes profonds, connectés à l'univers comme « donner naissance ou accoucher » ; termes que l'on trouve dans la bible en Révélation 12. Donc je donnerai naissance symboliquement à un beau livre, ou d'un mignon album single au temps où Dieu suscitera quelqu'un pour me contacter et m'aider dans la délivrance, et aider à la délivrance, au temps déterminé par lui-même.

Comptez-vous un jour revenir au Cameroun ? Pourquoi ?

Je me dévoile un peu. Je suis déjà revenu. Je suis au Cameroun mais vous ne le savez pas. Je me cache, je suis obligé de me cacher, car je suis une cible. J'ai été une cible auparavant, je suis une cible, et je serai une cible toute ma vie. Je suis revenu presque obligé. Pour faire un travail d'éducation, pour répandre la connaissance. A la fin, cela était une bonne idée de revenir et je remercie Dieu, car revenir, a aidé à donner la connaissance à mes frères Camerounais, à solidifier les relations entre moi et mes frères Camerounais, solidifier plus les liens entre moi et certains membres de ma famille éloignés, je me suis fait de nouveaux amis. Ces liens à présent forts, n'existaient pas, ou existaient mais n'étaient pas fort entre moi et les miens Camerounais au temps ou j'étais de l'autre coté des eaux, aux Etats-Unis.

 

Qui est votre modèle d'inspiration ? Pourquoi ?

 

Cette même question intéressante m'a été posée en Californie. Sachez en passant que vous avez des admirateurs, et des frères et sœurs de l'autre coté des grands eaux ; sachez aussi que ceux ci à cause des informations indiquant la présence des Hébreux et des Egyptiens antiques relocalisés au Cameroun, en Afrique, qu'ils sont totalement acquis à notre cause, qui est aussi leur cause ; qu'ils sont totalement focalisés sur le pays Cameroun, et sur sa télévision et vous devez vous comporter en conséquence. Donc pour répondre à cette question, lors dune réunion des poètes dans la belle et charmante ville de Stockton CA, chacun prenait la parole disant un tel est mon modèle car il est Extraordinaire en ceci... il y avait des noms comme Michael Jackson, Bill Gates et autres, tous étant comme vous le voyez, des grandes personnes très respectables et admirables, lorsque c'était mon tour de prendre la parole, oh Dieu ! J'avais une fois de plus déçu les attentes. Je ne sus que dire, je répondis que seulement notre Seigneur Dieu Yah, et les anges que l'on ne voit pas mais qui sont là, sont des modèles dignes d'inspiration pour moi. Car ils sont plus forts, invisibles, immortels, et ils sont capable d'êtres invisibles pourtant présents parmi nous, et partout où ils veulent, ils peuvent vous frapper, changer le temps, vous toucher et vous ne saurez pas comment. N'est-ce pas c'est super cela ! Je trouve cela passionnant et j'admire ce qui a créé le monde ; ce qui m'a créé et qui me dépasse.

Que pensez-vous des situations politiques, économiques, culturelles et sociales du Cameroun actuel ?

 

Je préfère ne pas me prononcer sur la situation Politique et Economique, social du Cameroun, pourtant j'aurais eu beaucoup à dire. Je me concentre sur ma scolarité, et je laisse à ceux donc c'est le travail de le faire ; ce n'est pas mon travail. Cependant, concernant la société Camerounaise, voici ce que je sais d'elle culturellement. Voyez, si le Cameroun sera très connu et très respecté et très visité par des foules venant de partout demain, si on parlera du Cameroun en bien demain, ce ne sera pas à cause de ses succès politiques ou économiques, mais ce sera à cause de la présence des tribus Hébraïques et Egyptiennes antique au Cameroun ; et tout d'un coup, une fois de plus, le Cameroun est une grande nation a cause de cela. Voyez le monde entier veut visiter et découvrir ces cultures Egyptienne et Hébraïque antique qu'il sait est au Cameroun ; le monde veut visiter et écouter leur langues antiques enfouie au Cameroun, enfouie à l'ouest du Cameroun, permettez donc que l'esprit et les esprits laissent ; permettez-moi donc que je nomme ici les Bamiléké, car c'est eux que j'ai connu depuis les temps premiers. Que l'esprit me permette, permettez-moi, je vous ai respecté et j'ai tendu les mains en l'air en signe de paix, j'ai léché la poussière sous vos pas et ensuite je me suis courbé en signe de révérence, j'ai imploré le pardon, la pitié et la miséricorde du Très Haut, permettez moi donc.

 

Vous envisagez créer un ordinateur avec des lettres hébraïques. Parlez-nous-en ?

 

Le but c'est de créer un nouvel ordinateur, j'annonce que nous allons créer un nouvel ordinateur avec ces lettres d'alphabet gravées sur l'ordinateur : un ordinateur Camerounais comme les ordinateurs Coréens, les ordinateurs Chinois, les ordinateurs Japonais, les ordinateurs Arabes. Si vous regardez leur ordinateur, en plus des lettres modernes, c'est à dire en plus des lettres occidentales A, B, C, ils on ajouté sur le clavier, gravé sur le clavier de leurs ordinateurs les lettres de leur langues. Lorsqu'ils veulent écrire aux occidentaux, ils leurs écrivent utilisant les lettres occidentales, mais entre eux, lorsqu'ils veulent s'écrire entre eux, ils s'écrivent utilisant leurs lettres à eux pour marquer leur autonomie. Avoir un ordinateurs avec ces lettres que Dieu Yah, le Dieu de nos ancêtres les Hébreux m'a guidé de vous donner, cela ne vous empêche pas de parler le Français, l'Anglais, ou de parler votre patois, mais tout au contraire, avoir ces lettres, avoir ces clés, car se sont des clés qui ouvrent des portes, ces clés ajoutent seulement à notre autonomie, votre autonomie au monde, ajoute votre autonomie universelle au monde, une autonomie universelle, notre universalité dans le monde, notre universalité réappropriée par nous. On peut écrire avec ces lettres Hébraïques en Bulu, Douala, Bassa, Français, Hébreux... Donc avec un ordinateur ayant ces lettres, en cercle réduit au début, cercle qui va s'élargir progressivement, nous pourrons nous écrire entre nous. Je pourrai envoyer par exemple à celui qui sait déjà lire ces belles lettres de petits mots utilisant ces lettres de notre langue Hébraïque à nous au Cameroun.

 

Quel est votre plus grand rêve ?

 

Mon plus grand rêve, c'est une prophétie écrite dans la bible Jérémie 33 :12, 18. Jeremie 33 :21 à 26. Donc voila mon plus grand rêve, un rêve qui est une réalité, une vérité, je souhaite que la vérité soit connue et reconnue ; que la volonté de Dieu Yah s'accomplisse, sur la terre comme au ciel. Dans cette perspective, que les tribus de Moïse (Moshe) relocalisés au Cameroun soient reconnues. Je souhaite que je sois autorisé à parler. J'ai tendu la main en l'air, je me suis enroulé dans la poussière et laissé que mon corps soit battu jour et nuit spirituellement, j'ai souffert le fouet cinglant, et le feu mortel, et la pluie qui tombe sur moi, et les inondations qui m'ont noyé. J'ai souffert le vent qui souffle contre moi, j'ai imploré la miséricorde et la pitié du très Haut. Si donc c'est vrai, faites-moi traverser, si c'est faux laissez-moi mourir. Vous-même ne remarquez vous pas la vérité de ce que je suis guidé à vous dire, si vous même remarquez que j'ai dit la vérité au sujet de la tribu Hébraïque et Egyptienne au Cameroun, permettez-moi, voila mon plus grand rêve.

Cliquer sur une image pour agrandir
  • Saa Kameni
  • Saa Kameni